League of Legends

Cabochard : l’abeille originelle

C'est avec beaucoup d'émotions que l'on sait sincère que Fabien "Néo" Devide, co-propriétaire et président de Vitality a annoncé dans une interview pour l'émission VIP avec Orange que cette saison marquerait la "fin d'un cycle avec Cabochard". Celui qu'il décrit comme "son capitaine" a fait parti de tout les rosters de Vitality depuis l'intégration de la structure française au plus haut niveau de la compétition européenne. Si il est aussi ému, c'est par ce que la "ruche" se sépare de son plus emblématique et fidèle joueur.

Aujourd’hui, alors que les chemins de Vitality et Lucas « Cabochard » Simon-Meslet se séparent, il faut rendre hommage à celui que la scène appelle affectueusement Cabo, histoire d’un joueur discret et apprécié qui aura marqué la scène par sa longévité et sa constance et qui, on le lui souhaite, saura trouver du succès dans une autre équipe.

Lucas « Cabochard » Simon-Meslet, joueur Vitality depuis la saison 2016

Cabochard apparait au plus haut niveau européen en 2014, lors de la cinquième semaine du Summer Split où il est temporairement sollicité pour jouer deux matchs pour le roster de Gambit Gaming. L’équipe russe est alors en perdition et cherche de nouveaux repères pour sortir la tête de l’eau dans un split qu’elle finira avant-dernière. La présence du toplaner français ne suffit pas et l’équipe perd les deux matchs dans lesquels il fait une apparition. Ce remplacement est immédiatement écourté et Cabochard rebondit chez Ninjas in Pyjamas, une organisation suédoise qui cherche à se qualifier pour les EU LCS. Mais là encore, malgré un parcours prometteur, l’équipe échoue à se qualifier de peu. L’organisation se sépare de son équipe de League of Legends (ils réapparaitrons en 2017) et Cabochard est approché puis recruté par une organisation qu’il connait bien, Gambit Gaming.

Et c’est dans ce roster que Cabochard trouvera sa première année stable en EU LCS dans une équipe ou il rejoint le légendaire Danil « Diamondprox » Reshetnikov . Il ne sera pas remplacé de la saison (ni pour le reste de sa carrière d’ailleurs) et après un Spring prometteur (l’équipe finit 4e de la saison régulière et 6e des playoffs), l’équipe s’écrase quelque peu et finira le Summer Split à la 8e position, synonyme de barrages pour conserver sa place dans la ligue. Gambit parviendra à conserver son « spot » en EU LCS en écrasant mousesports dans un match de barrage sans contestation . Si la saison n’a pas tourné comme l’équipe l’espérait, Cabochard a crevé l’écran. Voté comme le deuxième meilleur toplaner de la saison derrière l’invaincu Heo « Huni » Seung-hoon (jouant pour Fnatic venant d’effectuer le seul split parfait de l’histoire de la région), c’est sans surprise que lorsque Vitality rachète le « spot » de Gambit Gaming, l’écurie française décide de récupérer Cabochard par la même occasion et de construire une équipe autour de celui qui deviendra son joueur emblématique.

Le premier roster de Vitality, avec Cabochard au premier plan, suivi dans l’ordre de KaSing (support), Shook (jungle), Hjarnan (botlane) et Nukeduck (midlane).

Le roster montre des promesses, l’équipe finit 3e de sa première saison régulière et malgré une élimination précoce en playoffs aux mains de Fnatic, il est clair que le potentiel est là. Cabochard est élu meilleur toplaner de la ligue pour ce split et tout semble indiquer que l’équipe à tout pour briller. Malheureusement, le Summer Split est décevant et l’équipe ne parvient pas à se qualifier pour les playoffs. Cela marque le début d’un passage compliqué pour l’écurie Vitality, des changements de roster ont lieu et seuls Cabochard et Nukeduck conservent leurs places. Malheureusement, les remaniements ne suffisent pas et Vitality traverse l’année 2017 de façon fantomatique, des changements profonds doivent être opérés. C’est dans cette optique que l’équipe engage son nouveau coach, le suédois Jakob « YamatoCannon » Medbi qui va totalement reconstruire le roster et la philosophie de l’équipe autour de son leader et seul rescapé, Cabochard.

Et pour se faire, Vitality achète 4 des 5 membres de l’équipe Giants Gaming, un roster qui vient tout juste de se qualifier pour les EU LCS et qui a montré de très belles choses tout au long de sa phase qualificative. Accompagné de Gilius (jungle), Jizuke (midlane), Minitroupax (désormais nommé Attila en botlane) et Jactroll (support), Cabochard et Vitality vont écrire la plus belle page de l’histoire de l’équipe et gagner le respect et l’admiration de tous.

Le roster 2018 de Vitality encadré par son coach YamatoCannon. Kikis (deuxième joueur en partant de la droite) fera son apparition dans la jungle au Summer Split.

L’équipe profite alors de la synergie déjà établie entre ces 4 nouveaux joueurs et de la solidité de Cabochard pour développer son nouveau style. Cabochard prend alors un rôle de pilier et d’assurance pour le late game et permet au reste des joueurs de développer un style de jeu explosif recherchant sans cesse le combat dans une volonté de ne pas laisser respirer leurs adversaires. Cette stratégie est non seulement efficace mais elle facilite l’émergence de Daniele « Jizuke » di Mauro qui démontre des qualités individuelles prodigieuses. L’équipe finira 4e de son premier split et de ces premiers playoffs et à la faveur d’un changement de jungle (Kikis remplace Gilius), elle parviendra à se hisser sur le podium des playoffs pour la première fois de son histoire et à se qualifier pour sa première compétition internationale : les Worlds 2018.

Placé dans le « groupe de la mort » aux cotés de Royal Never Give Up (les favoris annoncés de la compétition), Gen G (les champions du monde sortant) et Cloud 9 (futur demi-finaliste du tournoi), beaucoup d’analystes et de fans ne voyaient pas Vitality faire illusion bien longtemps sur la scène internationale mais la prestation qui a suivi aura permis d’inscrire le nom de Vitality dans l’histoire de la compétition et aura donné du volume à son roster. Dans ce qui restera probablement l’une des fins de match les plus légendaires de l’histoire du jeu, Vitality fait chuter Gen G dès le premier jour de la compétition lorsque suite à un match à couteaux-tirés, Attila et Jizuke réussissent un backdoor et font tomber le nexus de l’équipe coréenne. Devant un public médusé, Vitality réussit un exploit aussi phénoménal qu’inattendu et désormais, tout les fans à travers le monde découvrent cette équipe et leur style si particulier.

Si l’équipe échouera à une victoire près de sortir de sa poule, elle ne sera pas éliminée dans l’anonymat. Vitality peut désormais associer son nom à son nouveau prestige qu’elle a acquis sur la plus grand scène possible. Cabochard pour sa part, livre des prestations de qualités, le monde a découvert qu’il était un excellent toplaner, un solide et fiable joueur qui a les épaules pour conduire son équipe au succès. Cette performance et cette saison resteront le point culminant de Vitality sur la scène League of Legends et par extension, celui de Cabochard également.

Roster 2019 de Vitality, le seul changement opéré est dans la jungle ou le coréen Mowgli remplace Kikis.

On prend presque les mêmes et on recommence. Pour la saison 2019, Mowgli (recruté chez les Afreeca Freecs) remplace Kikis dans la jungle. Si l’ambition est revu à la hausse, l’exécution laissera à désirer. Jizuke performe mal du à des problèmes personnels et la synergie entre Mowgli et le reste du roster ne parvient pas à s’établir. L’équipe se qualifiera tout de même pour les playoffs lors des deux splits mais sera éliminée au premier tour à chaque fois. Il est à nouveau temps de reconstruire, Duke et Mephisto viennent remplacer YamatoCannon et seul Cabochard et Jactroll seront conservés. Vitality compte une nouvelle fois sur son toplaner pour encadrer une équipe de jeunes talents, l’équipe prévue pour accompagner Cabochard est Skeanz dans la jungle, Milica en midlane et une botlane grecque composée de Comp et son support Labrov.

Mais la saison 2019 n’épargne pas Vitality qui se retrouve à devoir composer avec des problématiques toute l’année, des soucis de passeport pour Milica, les mauvaises performances de Jactroll et le jonglage dans la jungle entre Skeanz et Nji. Tout cela cumulé ne crée pas un environnement de jeu très favorable et Vitality squatte le fond de la classe tout au long de la saison mais à la fin du split, lorsque le roster prévu originalement est enfin présent, on sent que la synergie s’installe et que l’équipe est pleine de potentielle. Cabochard vit une saison compliqué comme toute son équipe et pour la première fois il parait presque essoufflé par moment.

Le roster 2020 de Vitality.

Il semble donc que cette saison marquera la fin de la collaboration entre Cabochard et Vitality. Elle semble logique car elle vient après une saison compliqué pour les deux partis mais elle inquiète également car elle fait craindre que les évènements les plus récents heurtent le souvenir qu’auront certaines personnes de Cabochard. On ne pourra jamais dissocier son nom de celui de Vitality, il fut, à l’instar de Rekkles pour Fnatic ou Perkz pour G2, le pilier, le visage de son organisation sur League of Legends. Il fut l’un des meilleurs toplaners d’Europe, preuve en est sa capacité à traverser le temps, il n’a peut être pas de titre de champion d’Europe en totem d’exposition de son talent mais cela ne l’empêche pas d’être un grand joueur qui restera dans nos cœurs ou qu’ils décident de poursuivre son chemin.

Aujourd’hui, il nous faut rendre hommage à un joueur exemplaire, fidèle qui aura su nous faire vibrer et qui aura su représenter la France au mieux. Il ne nous reste plus qu’à lui souhaiter bonne chance et à le remercier.

(1 commentaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s